Il se trame quelque chose dans les coulisses...

...on vous en dit plus, très prochainement !

Consommons local !

Retrouvez ci-dessous ce que vos acteurs économiques vous proposent pendant cette période inédite que nous traversons.

Soirée Activeco

Salons de la Louée - 9 février 2020

Marché de Noël

7 décembre 2019

A la rencontre de ...

Jacky Marchais - Plantophil

- quelle formation avez vous suivie ? 
BEP Horticulture Option Floriculture
- pourquoi ce choix ? 
Pour l'attrait des plantes.
- depuis quand exercez vous ? vous êtes vous réorienté en cours de carrière ? 
Depuis 1981 et, j'ai créé Plantophil en 1986.
- quels sont les avantages d’être à son compte ? 
Pouvoir choisir et exercer une activité en accord avec mes souhaits.
- quelles difficultés rencontrez vous actuellement ? 
Pas de difficulté particuliaires.
- quels emplois avez vous créés sur la commune ? 
J'ai un salarié.
- quel message souhaitez vous communiquer aux jeunes qui souhaitent se lancer ?

L'activité de Paysagiste d'intérieur, est un métier à part entière, très différent du paysage d'extérieur, il nécessite la connaissance des végétaux d'intérieur et de leurs cultures. Si les murs végétaux, sont dans nos attributions, il ne se cantonne pas qu'à cela, il comprend surtout la décoration végétale des locaux professionnelles, comme les centres commerciaux, les bureaux, les hôtels, les restaurants...  Comme dans la plus part des activités, le marketing est élément essenciel. 

Avant de se lancer à son compte, il est indispensable d'exercer d'abord cette activité comme salarié.

Jacky Marchais

Patrick Drouet -DP Jardin

- quelle formation avez vous suivie ? 
J'ai suivi une formation atypique : école de commerce, puis lors d'une reconversion formation adulte amenant au métier de paysagiste.

- pourquoi ce choix ?

Par passion. Adolescent je souhaitait faire ce métier mais les préjugés familiaux m'en ont dissuadés. J'ai cependant gardé la passion du jardinage. Adulte j'ai pu assouvir ce souhait à  l'occasion d'un changement d'axe professionnel.

- depuis quand exercez vous ? vous êtes vous réorienté en cours de carrière ?

Depuis 8 ans. En effet si ma carrière a commencé dans le commerce et le marketing pour une grande marque mondiale je me suis rapidement dirigé vers le commerce indépendant (vente de matériel photo) Puis souhaitant retrouver de vraies valeurs et donner un sens à ce que je faisais je me suis dirigé vers les travaux dans les parcs et jardins.  

- quels sont les avantages d’être à son compte ?

Etres à son compte apporte une certaine liberté dans son organisation et dans les axes de développement que l'on souhaite développer.  

- quelles difficultés rencontrez vous actuellement ?

Dans un contexte économique porteur et malgré une concurrence fournies le carnet de commande n'est pas un problème. Le seul soucis est de trouver du personnel compétent permettant d'assurer le développement de l'entreprise 

- quels emplois avez vous créés sur la commune ?

Deux emplois actuellement. Je suis à la recherche de 2 autres collaborateur pour fin 2019 début 2020.

- quel message souhaitez vous communiquer aux jeunes qui souhaitent se lancer ?

Le métier est porteur et ses différentes activités peuvent permettre de développer de nombreuses compétences.  La faiblesse des investissements permet rapidement de se mettre à son compte. 


sur le sujet du jardinage / paysagiste:
- quels ’trucs et astuces’ souhaiteriez vous communiquer

En cette période de sécheresse favorisez les plantes résistantes au manque d'eau et paillez vos massifs afin d'éviter l'évaporation rapide.

 

A la rencontre de ...

Nicolas Aubron - Les Ouvriers du Jardin

Paysagiste est un métier très vaste, les formations vont du CAP au BTS jusqu'à l'école d'ingénieur en paysage. Tous les types d'examens sont interessants, mais je pense que comme beaucoup de métiers, c'est l'expérience qui prime et la faculté d'adaptation au travail.
C'est un métier très riche qui passe par l'entretien du jardin et l'élagage. L'autre partie est la création et l'aménagement de jardins chez les particuliers qui va des accès, clotures, portails, terrasses, abris ... et avec tous types de matériaux.
Il faut avoir des connaissances dans divers métiers, la maçonnerie, menuiserie, charpente, carreleur, le végétal, taille raisonnée. C'est un métier de conception avec un bureau d'étude, des dessinateurs qui sont là pour imaginer votre futur aménagement.
La difficulté aujourd'hui est de trouver du personnel, la formation en interne par le biais de l'apprentissage est la plus sûre. Nous sommes à la recherche de personnel dans nos différentes activités. Métier enrichissant avec beaucoup de contact avec les clients, mais aussi très dur physiquement. Savoir se préserver est primordial, un métier d'extérieur, soumis aux aléas climatiques froid et chaleur extrême comme en ce moment. 
Les personnes qui travaillent aux ouvriers du Jardin sont tous plus ou moins de la région, quelques uns sont des Goulainais. L'entrepise fait vivre l'économie de Haute-Goulaine avec ses 30 salariés qui peuvent être amenés à consommer dans le bourg. Et entreprise fait aussi travailler les artisans pour divers projets.
La spécificité des ouvriers du Jardin est que sa forme juridique est en SCOP. L'intérêt est que chaque salarié a la possibilité d'être sociétaire de l'entrepsise chacun à son niveau. Notre statut vient du fait que l'homme est mis au centre de l'entreprise. Il nest pas seulement un producteur c'est avant tout l'acteur principal de la vie de la SCOP.
La SCOP Les Ouvriers du Jardin a été créée en 1977 et nous avons fêté les 40 ans de l'entreprise il y a deux ans. Pour cet evenement, nous avons écrit un livre "Les Ouvriers du Jardin: une coopérative à l'épreuve du temps 1977-2017" qui retrace cette histoire humaine pour les nouvelles générations et pour le garder en memoire. Ce livre est disponible à la vente aux Ouvriers du Kardin, 38 rue de la Gache, 9 euros.

A la rencontre de ...

Sylvie - Marguerite Passionnément

J'ai choisi ce métier car il correspond à mes aspirations.

C'est avant tout un métier créatif, au contact de la nature mais aussi très communicatif puisqu'il touche les gens dans leur quotidien. Les grands moments de la vie sont toujours fleuris: naissance, mariage, anniversaire, mais aussi deuil. Autant d'occasion où le savoir-faire d'un artisan fleuriste prend toute sa valeur. C'est un travail qui se renouvelle toujours, suivant les saisons mais aussi qui suit la mode et ses codes.

Fille et petite-fille de fleuriste, ce métier fait parti de mes gènes !


Un CAP en poche suffit pour s'installer mais aujourd'hui un BP est conseillé pour trouver du travail.

C'est un métier physique, en perpétuel rebondissement au gré des commandes. Avec ses coups de collier à donner aux moments des fêtes ( Noël, fêtes des mères etc...) Une bonne santé pour résister au froid et à la station debout sont indispensables.

Mais au quotidien, un échange se crée avec les clients et l'achat "plaisir" nous apporte beaucoup de satisfaction. Nous vendons ce que nous créons et les compliments nous réconfortent, ce qui compense certains aspects durs de la profession.


Au magasin, avec mon équipe, nous avons le souci de faire notre travail de manière la plus naturelle possible et nous venons d'être labellisé "fleuriste éco- responsable" après avoir répondu à un audit indépendant, suivant une multitude de critères (fleurs de région, emballage compostable, gestion de l'eau, tri des déchets etc...)



J'emploie actuellement 2 salariées et une apprentie en BP

Sandrine - Institut Délice de soi

Le métier d'esthéticienne cosméticienne se prépare par l'obtention d 1 CAP, BP ou BTS..Ce qui me plait dans cette profession c'est de prendre soin de la personne, lui apporter du bien être, de la détente .

La diversité de notre métier fait que ce n'est jamais la routine. Nous pratiquons des soins du visage, des soins détente corps et minceur, épilation, maquillage, manucurie, beauté des pieds.

Les qualités  pour pouvoir faire ce métier: avant tout aimer le contact et le relationnel, être à  l'écoute de la personne et de ses attentes.

Soirée thématique du 9 avril 2019: visite du centre de secours de Vertou

Mardi, c’était soirée thématique pour les adhérents Activ’Eco ! Nous avons été chaleureusement accueillis par M. Brindejonc au centre de secours de Vertou. Au programme: visite guidée, présentation des engins et sensibilisation sur les incendies.


Le chef de centre nous a fait part des interventions de plus en plus fréquentes pour une grande partie sur une misère sociale de plus en plus importante, moins cachée qu'auparavant, et sur les causes d'accidents tel que la conduite sous emprise d'alcool, de stupéfiants mais aussi le téléphone au volant (en appel et surtout en consultation et envoi de SMS).

Mais sa sensibilisation la plus importante s'est basée sur le risque au feu. Cela représente 7 à 8 % de leurs interventions mais les dégâts humains sont souvent très lourds (intoxication rapide par les fumées avant le risque de brûlures).  Il nous a indiqué quelques astuces pour organiser simplement un plan de prévention et d'action simple en famille, au sein du domicile ou en entreprise. En réunissant les personnes concernées par le bâtiment ou la maison utilisée quotidiennement et savoir comment se comporter entre les sorties à emprunter, les portes à fermer, les lieux de rassemblement à l'extérieur et l'importance de la position et du nombre de détecteurs de fumée.


Cette réunion s'est clôturée par un buffet fourni par la Goul'Hot.

A la rencontre de ...

Mélanie - Salon de coiffure Mélanie

- quelle formation avez vous suivie ?

j'ai fais un Cap de coiffure mixte en apprentissage de 15 à 18 ans

mais j'ai eu un accident de voiture qui m'a coupé dans mon élan alors j'ai repris mes études pour passé mon BP à 26 ans !!!


- pourquoi ce choix ?

je ne sais pas du tout ! ça a toujours été, j'avais 6 ans lorsque j'ai prévenu le coiffeur du salon que j'ai actuellement "quand je serai grande c'est moi qui couperai les cheveux de papy ici" ! et 25 ans après j'y étais !!!


- depuis quand exercez vous ?

depuis août 1995 avec un pause de 2 ans à cause d'un accident de voiture qui m'a cloué à l'hôpital... mais j'ai rapidement repris le chemin des ciseaux, brosses, et bigoudis 😄


vous êtes vous réorienté en cours de carrière ?

j'ai fais plein d'autres boulots quand je ne trouvais pas ce que je voulais en contrat de coiffure mais mon objectif était toujours le même !

en cours de route je me suis aperçue que je détestais les salons "à la chaîne" et que mon empreinte écologique devenait un sujet à prendre en compte dans mon métier alors petit à petit je me suis tournée vers les salons qui étaient en accord avec cette philosophie


- quels sont les avantages d’être à son compte ?

je peux faire les sorties scolaires de mes enfants et je ne loupe plus les mariages des potes ou de la famille !!!

j'ai la chance d'avoir une clientèle variée, fidèle et sympa alors c'est un bonheur de venir travailler et ça c'est énorme !


- quelles difficultés rencontrez vous actuellement ?

cela fait 8 ans que je suis à mon compte et je me demande quand est ce que le légende "les patrons sont blindés de tunes" va arriver...

j'ai eu 2 grosses erreurs de" gestion/conseils du personnel" de la part de mon cabinet comptable qui m'ont plombées les ailes

c'est très facile de tomber et très très dur de remonter alors on s’accroche et on y croit


- quels emplois avez vous créés sur la commune ?

1 CDI, puis 3 CDD, puis 1 autre CDI puis un apprentissage BP coiffure, mais je suis vaccinée, je reste comme je suis - 

le recrutement, la gestion humaine au quotidien, ça ne s'apprend pas, c'est dur pour certaines catégories de personnes et j'en fais partie


- quel message souhaitez vous communiquer aux jeunes qui souhaitent se lancer ?

version "t'es balaise, tu ne fais pas trop dans l'empathie" je dirais fonce, c'est géniale, c'est un aventure humaine enrichissante, on découvre tout ce qu'on est capable de faire, on apprend sur soi !, le contact avec les clients est extra (sur Haute-Goulaine en tous cas)

version "moi", je dirais reste employée ou mets toi seul à ton compte

Chrystelle - Dietplus

J ai suivi une formation de coach en nutrition via Dietplus le leader du rééquilibrage alimentaire , cette formation m'a permis d'obtenir mon diplôme de coach Dietplus

 

Pendant plus de quinze ans j ai été directrice régionale grand ouest pour Claire 's accessoire et Rougegorge lingerie , j ai voulu changer de vie tout en alliant mes compétences professionnelles de coaching et mes centres d intérêt: la nutrition et le sport  , c est pourquoi j ai choisi  Dietplus  , en effet Dietplus  est une méthode globale  qui prend en compte la motivation, les habitudes alimentaires , les activités physique et la gestion des écarts tout cela pour un changement profond des habitudes alimentaires et un maintien du poids sur le long terme.

 

L’avantage de se mettre à son compte est que l’on peut se réaliser professionnellement tout en respectant ses valeurs , certes il faut de la détermination car c'est toujours un peu compliqué au début de se faire connaitre néanmoins le bouche à oreille fera sont effet si vous êtes professionnel, compétant et altruiste 

 

Il existe également pour les jeunes des aides pour pouvoir se lancer et accomplir son rêve , il faut faire de sa vie un rêve et d'un rêve une réalité

A la rencontre de ...

Florence - Salon de coiffure Armony Coiffure

Dans une société de plus en plus dématérialisée, on a, de nouveau, besoin de relations humaines, de toucher la matière comme les personnes, de se sentir utile, la coiffure répond à toutes ces attentes.!


CAP femmes hommes

Bevret Professionnel. (Diplôme obligatoire pour ouvrir un salon.) 

Brevet de Maitrise. 

30 ans de métier. Dont 20 ans à mon compte à Haute-Goulaine. 

2 création d emplois. 

Grosse difficulté pour recruter